Les moulins et les tourneries
au fil de l'eau...

Utilisez vos 2 doigts pour déplacer la carte

 

 

 

 

                                                          Les moulins et les tourneries au fil de l’eau…

La commune comptait un nombre impressionnant  de  moulins et tourneries dans les années 1900 – 1960 – 1970 – 1975.

Le VALZIN prend sa source sous le mont Veillat en dessous du village de Montadroit.

  • Le moulin CAMBARADE  (tournerie) avec une roue à auges de 8 mètres de diamètre. Par la suite il s’est transformé en pisciculture.

A trois cent mètres  plus bas se trouve

  •  La tournerie Camille GROS  (affaire familiale, les parents et les enfants). En plus de la tournerie, il existait une meule pour écraser le chanvre.
  • Le moulin SATONNET   (CANTALOUBE) (Battoir-tournerie) avec une roue à auges de 7 mètres de diamètre.

Quelques centaines de mètres plus loin, un affluent le Biseran  se jette dans le Valzin à Fétigny.

Après ce confluent se trouve l’écluse de

  • La tournerie AUGUSTE MATHON puis DESPRES (BON) (tournerie)

Ce bâtiment moderne pour l’époque avait deux ateliers, un au rez de chaussée et un à l’étage.

Une roue à auge mettait ces deux ateliers en mouvement. Elle existe toujours mais ne fonctionne pas.

Toutes ces tourneries fabriquaient essentiellement des robinets. Les propriétaires louaient aux artisans une place. Ils travaillaient en hiver, l’été ils s’occupaient de leur ferme. Ils disposaient aussi d’un hangar pour abriter le bois. L’essence du bois utilisé  était  principalement du buis. Une scie circulaire et une meule en grès étaient à la disposition de ceux qui en avaient besoin.

Les fabricants de robinets étaient le plus souvent rénumérés en tonneaux de vin par les grossistes.

Plus loin se trouve

  • La tournerie FUTIN-MATHON (tournerie – scierie) (BENAS)

A un kilomètre en aval, toujours sur le Valzin.

  • Le moulin LACROIX (MALESSARD)  (moulin-battoir-tournerie)

 Ce moulin situé sur deux niveaux  fonctionnait avec quatre roues à auges dont deux superposées. Pour faire tourner les roues il fallait une certaine force. En amont de l’écluse l’eau était déviée par un barrage et conduite par un canal. En aval de chaque écluse se trouvait une vanne pour récupérer l’eau en cas de sécheresse. Cette vanne était ouverte lors de grandes crues pour éviter que l’eau reflue sous les roues qui ne pouvaient plus tourner. Les agriculteurs venaient avec leur récolte et repartaient avec la paille et les sacs de grains.

Toutes les tourneries et moulins se trouvaient sur la droite du Valzin, seul le moulin CAILLAT se trouve à gauche.

Un affluent le Pilandre  ou Valcombe dont sa source est à Vogna rejoint le Valzin à Givria.

 La commune de Valzin en Petite Montagne commence « Sur le Pont » . En aval nous trouvons :

  • La tournerie Fabien MATHON 
  • La tournerie Pierre MATHON (En Brouvenne) (D’HAUSSY)
  • La tournerie VUILLOD (détruite par un incendie au début du 20ème siècle, il reste quelques vestiges)
  • La tournerie GAGEA (DARIT)

Ces dernières sont actuellement rénovées en habitations.

En amont du Pilandre sur la commune d’Arinthod (hameau de Vogna) se trouvait :

La tournerie FLEURY, la tournerie MERMET, La tournerie  Raymond BERTHELON, la taillanderie, le Martinet (renommé pour ses fabrications de pioches, serpes, haches et beaucoup d’autres outils), la tournerie Firmin BERTHELON, la tournerie scierie Georges BERTHELON.

Le Pilandre se jette dans le Valzin près du Moulin CAILLAT qui faisait uniquement battoir.

Le Valzin se jette dans la Valouse à Chatonnay.

Sur la Valouse  Cette rivière plus forte pouvait permettre d’actionner les roues à palettes. Elles étaient montées en bois et en fer.

  • Le moulin PELLIER (moulin-battoir)
  • Le moulin CATENOT (tournerie) ( ROCHET)

Sur le Valouson

  • A Chatonnay un moulin-battoir : actuellement se trouve une pisciculture. (PETIT)

Sur le Dard

                Vestiges d’un ancien moulin (aux abords de la cascade de la Quinquenouille)

Ces cours d’eaux sont de moyenne densité mais ils avaient la faculté de donner du travail à bon nombre d’ouvriers de la commune surtout l’hiver.